L’hiver est la période idéale pour apprécier les vertus du miel ou plutôt des miels. Savez vous qu’ils ont des vertus différentes selon leur composition : anti stress, anti-bacterienne, anti oxydante, fortifiante… ? Autre surprise : les miels ne sont pas toujours 100% naturels ! De quoi piquer notre curiosité, non ?

7 mn pour choisir son miel

infos apithérapie du blogzone Révélée

Le miel, c’est quoi au juste ?

Le miel est issu du nectar florifère ( jus sucré des fleurs) : grâce au travail des abeilles, il est déshydraté par la ventilation des ailes. Ensuite, il est stocké dans les alvéoles avec de la cire, à l’abri de l’humidité de l’air pour mûrir. En 1 à 3 semaines, il s’épaissit et se transforme en miel.

Les vertus du miel

Les vertus du miel dépendent de 3 facteurs :

  1. les abeilles elle-même : chaque espèce a ses propres enzymes de transformation, 200 enzymes sont à ce jour recensés.
  2. Le savoir faire de l’apiculteur. Au bon moment du processus de deshumidification. Dans les bonnes conditions aussi. Par exemple, s’il fait trop chaud, vitamines et richesse enzymatique s’envoleront en fumée.
  3. L’environnement bien sur (météo, pollution, prédateurs). L’élément le plus important reste la flore butinée qui aura une incidence sur l’aspect nutritif du miel donc sur son action thérapeutique.

Les miels sont ainsi composés d’éléments nutritifs : enzymes, acides organiques, acides aminés et protéines, lipides, glucides (plus de 15 sucres différents), minéraux (calcium, sodium, magnésium, cuivre, manganèse). C’est l’apport énergétique idéal pour les sportifs !

Les miels ont aussi tous des vertus fortifiantes, antimicrobiennes, immunostimulantes, chargées en vitamines B et C. De ce fait, ils boostent l’énergie, nourrissent les muscles et le cerveau grâce à leurs vertueux glucides (fructose et glucose, mais aussi maltose etc). Les miels sont également une source particulièrement importante d’antioxydants.

Si les miels sont chauffés, ils perdent toutes leurs bienfaits. Donc le miel associé à l’eau citronné n’a d’intérêt que pour le gout…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les particularités des miels

Les plus foncés, comme celui de sarrasin, contiennent des quantités d’antioxydants supérieures aux miels plus clairs. Leur intérêt est croissant durant l’hiver car ils participent au renforcement des défenses naturelles, au côté de l’effet prébiotique.” Ces bonnes bactéries lactiques (lactobacillus et bifidobacterium) améliorent l’assimilation des aliments et le confort digestif.

Un miel liquide contient plus de fructose qu’un miel qui cristallise. Le fructose possède un faible index glycémique et contrairement aux autres sucres, il stimule peu l’insuline. C’est donc un sucre consommable par les diabétiques (une cuillère à café par jour), et toutes les personnes qui réduisent leur consommation de sucre. Le miel d’acacia en est le parfait exemple.

Le miel de thym fortement bactéricides et antifongiques est utile pour cicatriser une plaie après un parfait nettoyage (écorchure, gerçure, brulure) Pour l’histoire, le miel de thym est utilisé depuis 1984 en pansement des plaies et des escarres au CHRU de Limoges, à l’initiative du Pr Bernard Descottes, pionnier de la recherche sur la cicatrisation par le miel. Les plaies ne s’infectent pas et cicatrisent plus vite.

Selon Catherine Flurin, apithérapeute, le miel est proscrit pour les enfants de moins d’un an (risque de botulisme infantile).

Infographie mémo de miels

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Production 100% naturelle ?

Nous sommes parmi les plus grands consommateurs de miel au monde avec 45 000 tonnes consommées (600gr/hab/an) en 2019. La France possède un réel atout dans la diversité de sa production et des produits issus de la ruche : plusieurs dizaines de miels différents sont produits sur le territoire comme le miel d’acacia, de lavande, de châtaignier, de colza… Cependant malgré la hausse du nombre de ruches, la France ne produit que près de 22 000 tonnes et se place au cinquième rang des importateurs au niveau mondial. Les miels importés proviennent principalement d’Ukraine (20%), d’Espagne (20%), d‘Allemagne (9%), d’Argentine (8%), de Hongrie (7%) et de Chine (6%). La concurrence des prix est cruciale, la qualité est ainsi extrêmement variable. Certaines pratiques sont plus que trompeuses.

Selon les études, 60% des miels vendus en grande distribution seraient en fait des mélanges dont du miel frelaté. Au mieux, il y a « juste » un ajout de sirop (principalement de riz, indétectables selon la méthode officielle C13-IRMS). Au pire, les pistes sont brouillées pour tromperie sur l’étiquette. Le process est simple : pasteurisation, déshumidification avec des machines et sur-filtration pour masquer l’origine du miel quitte à mélanger des pollens à de petites quantités de miel (mitigation), toujours pour tromper les analyses. « Outre le fait qu’ils recèlent de nombreux résidus de pesticides et d’antibiotiques, ces manipulations supprime toute action enzymatique, donc plus toute vertu thérapeutique », selon Catherine Flurin, apithérapeute.

Un conseil pour avoir du vrai bon miel ?

Le seul moyen de connaitre la qualité du miel que l’on achète est de l’acheter chez l’apiculteur local. Beaucoup organisent des visites. C’est l’occasion d’en savoir plus sur ses méthodes : comment sont elles nourries ou soignées, comment est récolté le miel et toutes les étapes du butinage à la mise en pot, en passant par le transport qui peut dégrader les propriétés du miel… Fabrication du miel qui dépend toujours des abeilles… Sauf que des espèces sont menacées ! Pas très loin : en France ! Mais cela fera l’objet d’un autre article…

 

créations pour la cuisine (et pas seulement !)

En savoir plus

Le miel appliqué à la médecine itw du Dr Descottes

https://youtu.be/pH-czH7Tpmk

La production du miel près de Laval

https://www.youtube.com/watch?v=QFLq8-iTOsg

Tout savoir sur le miel, les abeilles, l’apiculture

https://youtu.be/DoxvaiNjgm0