Après Carl Gustav Jung, direction un autre référent de psychologie et non pas des moindres : le plus connu, Sigmund Freud. Oui, cela peut interpeller : que vient faire Freud dans les pause réflexion du dimanche normalement dédiée au développement personnel, à la détente?

  3 mn 50 de réflexion

#developpementpersonnel #citations #freud

Qui est Sigmund Freud?

Cet autrichien né en 1856 était, en fait, neurologue ? Il est simplement le fondateur de la psychanalyse! Le hasard fait bien les choses, le 23 sept prochain, cela sera les 80 ans de sa mort.

Figurez vous qu’il a utilisé une référence à un élément de la nature, aujourd’hui en voie de disparition : l’iceberg ! La citation de cette semaine est aussi un petit clin d’œil aux initiatives partout en France pour nettoyer la nature (21 sept), aux prochaines manifestations mondiales pour le climat (20 sept) et au sommet des Nations Unis sur ce thème.

L’esprit est comme un iceberg, il flotte avec un septième de sa masse au dessus de l’eau

Sigmund Freud

Freud a eu ce parti pris : “une pensée, un rêve, un acte manqué, un lapsus et même une action ne surviennent jamais par hasard. Au contraire, ils traduisent toujours un conflit à l’intérieur de nous”(1). La partie immergée du principe dit de l’iceberg représente les demandes conscientes. La partie submergée implique les besoins, les freins, les peurs de l’inconscient. Ok pour la théorie, cela donne dans la vie de tous les jours?

Y a-t-il une influence sur le quotidien ?

Oui parce qu’il est transposable au “monde de l’entreprise”. “90 % de l’entreprise et de son environnement est en partie ou complètement inconnue par les dirigeants et les employés de l’entreprise et ce malgré la sophistication des systèmes d’information et des méthodes de gestion” (2).

C’est ainsi par exemple que pour un même message transmis par 2 personnes, la signification est systématiquement différente car l’inconscient interfère : gestes, tonalité de voix, mimiques etc… Les spécialistes préconisent comme parades à cet effet de l’iceberg : l’écoute active (3) et surtout le retour régulier d’informations.

Comment envisager l’éducation ? 

Les parades précitées sont aussi pertinentes dans le contexte familial : reformulation, rassurer par des signes non verbaux (sourire, acquiescement), respecter le silence dans le dialogue, comprendre sans chercher à tout interpréter… Et surtout faire preuve d’empathie…

“L’empathie, c’est arriver à décoder ce qui est en dessous, au lieu de réagir à ce qu’il y a en surface!” L’empathie, c’est se dire “si mon enfant dit ça / se comporte comme ça, c’est qu’il y a un besoin derrière, qu’il est en train de me dire quelque chose.” Mieux vaut alors prendre du recul, découvrir et écouter le besoin de l’enfant… plutôt que de réagir « à chaud » (4).

Un peu d’exercices peut être 😉

Pour aller plus loin

 

(1) Blog expliquant les théories de Freud avec beaucoup de pertinence et de concrets 

(2) fiche pratique de l’iceberg en entreprise, avec des solutions préconisées.

test d’écoute active

(4) Freud et les principes de parentalité positive 

 

 

Des piles de livres de l’auteur et des biographies sont en bibliothèque et librairies. Un livre, en marge, mérite le détour. Il aborde les principes de Freud avec une démarche ludique et “accessible”: “Freud expliqué aux enfants” de Louise Armstrong

 

Ok je partage!
  •  
  •  
  • 3
  •  
mattis nec id ut eleifend Aenean dolor. sed