Au pays de sodas, le choix est restreint au trop sucré et pas assez healthy. Alors quand l’occasion arrive de goûter une boisson fermentée à base de probiotiques, le kombucha fait maison, en plus, on dit GO !

Oui mais, au-delà de l’effet mode du moment, un point s’impose sur cette mystérieuse boisson gazéifiée riche en probiotiques. Elle est connue depuis des siècles et pourtant encore controversées…

Le kombucha est-il bon pour la santé ? A quelles conditions ? Dans quelles limites ?

8 mn pour se faire une idée

Boisson qui doit faire ses preuves !

Qu’est-ce que le kombucha ?

Le kombucha est une boisson fermentée, légèrement gazéifiée et acidulée à base de thé noir, levures et bactéries. Il comporterait entre autres de l’acide folique, des acides aminés et des probiotiques. Les kombucha commercialisés contiennent par ailleurs souvent des agents de conservation ou sont pasteurisés, ce qui tue presque toutes les bactéries qui seraient bénéfiques à l’homme.

Cette boisson est peu sucrée : 5 à 6 grammes de sucre pour 100ml, tandis qu’un soda comprend environ 10 grammes de sucre pour la même dose. De quoi donner envie de s’y pencher d’un peu plus près…

Quelle en est l’origine ?

Le kombucha proviendrait de Mongolie, en 220 av. J.-C. Il était en ce temps appelé « élixir immortel » rien que cela. Puis, c’est au Japon que cette boisson obtient du succès auprès de l’empereur Inkyo. Elle servait alors à soigner des problèmes digestifs. Plus tard, au XXe siècle, cette boisson est appelée « Algue de thé » en Russie.

Le terme lui remonterait à la fin du XIXe siècle. Le nom français kombucha ou komboutcha vient du japonais 昆布茶 (kombu-cha) (thé d’algues kombu), mais le kombucha japonais n’est pas du tout la boisson nommée par confusion aux États-Unis et si prisée en occident. Elle est connue sous différents noms en orient : en japonaiskōcha-kinoko” (champignon du thé rouge), en chinois litt. « microbe thé rouge », en coréen “hongcha-beoseot-cha” (thé/tisane de champignon du thé rouge), en russe “chaynyy grib” ; tous ces noms signifient littéralement « champignon de thé » ou « laminaire de thé ». On utilise aussi l’acronyme anglais SCOBY pour symbiotic culture of bacteria and yeast.

Donc si tu vas au Japon par exemple, en guise de Kombu Cha ou Cha Kombu tu auras un thé vert au kombu (algues Japonaises) qui peut se présenté séché ou en poudre. Ce thé permet d’améliorer la digestion puisque les algues kombu en plus de leurs nombreuses autres vertus favorisent aussi la digestion. Si tu veux une boisson type kombucha occidental c’est à dire fermentée à partir d’un champignon, l’appellation sera alors “kocha kinoko”. Eh oui, la version occidentale n’a pas tout à fait respecté la version ancestrale…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que le scoby ?

C’est “la mère de kombucha” vulgairement « champignon ». Cela ressemble à un disque visqueux de quelques centimètres d’épaisseur qui ressemble à une « mère de vinaigre » et qui donne au toucher la même sensation que l’algue.

Le principe de fermentation est simple : la mère se développe dans une solution de thé sucré. La souche mère composée de 2 parties : une couche jeune (couleur blanche) du côté exposé à l’air et une couche ancienne (plus colorée) contenant des levures formant un dépôt dans le fond du récipient. Cette levure permettra la fermentation lors de la mise en bouteille. Cette fermentation donnera la boisson gazeuse. Que du naturel ! Cependant, sa consommation comporte quelques contre indications.

qu'est ce que le kombucha par Révélée

Quelles sont les contre indications ?

Par sa teneur en alcool (2% max), cette boisson est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et aux jeunes enfants.

La relative acidité peut bouleverser l’équilibre acido-basique, ce qui peut être contre indiqué aux personnes présentant un problème gastrique ou de foie. Cela peut avoir une incidence sur l’émail des dents si celui ci est particulièrement fin… mais que dire alors du vinaigre et des sodas ou boissons énergisantes, au pH encore plus bas ?

Bref, comme toute boisson, il convient d’avoir une consommation raisonnable. Trop de thé (comportant aussi de la caféine) peut chambouler votre tension. Trop de sucre peut faire grossir. Trop d’acidité peut impliquer des maux d’estomac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les bienfaits supposés du kombucha ?

Le kombucha comporte des vitamines, sels minéraux et enzymes. Elle contient un peu d’alcool. Elle a des vertus probiotiques ce qui permet l’apport de probiotiques à vos intestins.

Cette préparation fermentée contient moins de caféine que le déca ! Une bouteille de 400 ml de kombucha contient entre 2 et 8 mg de caféine, comparativement à 46 mg pour une canette de Coca light, 95 mg pour un café et même 3 mg pour un café décaféiné. Le kombucha préparé à base de thé rooibos ne contient quant à lui pas de caféine.

Ce serait principalement une boisson diurétique, anti-oxydante, anti microbienne et détox donc susceptible d’être bienfaisante pour la flore intestinale (digestion), le système immunitaire et les articulations (appréciable par les sportifs aussi).

Une utilisation étonnante : les cosmétiques

Plusieurs études ont montré que les probiotiques régulent le microbiote de la surface de la peau. Le kombucha contiendrait de nombreux atouts pour la peau : des AHA (acides gluconiques qui aident à éliminer les peaux mortes, des acides aminés qui hydratent et aident à lutter contre le vieillissement cutané, des acides lactiques et des acides foliques…). Rajoutons des vitamines (B, C, D …) qui boostent la fermeté, des minéraux (fer, manganèse, magnésium, potassium, calcium, cuivre, zinc…), et des anti-oxydants naturels (probiotiques et polyphénols). Bref, ce serait l’idéal pour illuminer le teint, renforcer l’élasticité de la peau et ainsi lutter contre l’apparition des signes de l’âge ! Si bien que CHANEL utilise le Comboucha pour ses produits ULTA CORRECTION. Ainsi que KENZO dans sa gamme KENZOKI. Vichy avec sa crème de jour Idealia.

Il serait même conseillé aux peaux sensibles ? Grâce à ses acides aminés, la peau est nourrie et les rougeurs atténuées! Une fois séché, le scoby peut être aussi utilisé comme cuir végétal et permettre la fabrication de maroquinerie.

Des exemples de cosmétiques maison

En masque antirides, en posant le scoby symbiote sur le visage, éventuellement tu peux faire un trou pour la bouche pour respirer, l’idéal c’est de faire cela à l’occasion d’un bain relaxant avec une lumière tamisé et une musique ZEN.

Dans le bain à raison d’un litre de la boisson dans un bain tiède : ta peau sera purifiée et nettoyée. En plus, c’est un excellent moyen d’utiliser un scoby trop ancien ou trop acide !

Il peut même servir de masque capillaire pour redensifier et adoucir les cheveux tout comme éliminer les pellicules et prévenir la chute des cheveux !!! Le scoby mixé peut faire simplement office d’eau de rinçage.

Les bienfaits du kombucha en cosmétiques sont reconnus : cela semble plus délicat dans le domaine de l’alimentation santé.

Quelles en sont les controverses ?

Ces vertus seraient nettement moins moindres voire inexistantes avec les kombucha pasteurisés ou comportant des conservateurs. Pas de bactéries du scoby donc pas de bienfaits préservés. Il vaut mieux une élaboration faite chez soi ou très proche de la version nature traditionnelle (magasins de produits biologiques, restaurants ou sur Internet).

En réalité, l’efficacité du kombucha (anti stress, antioxydante, immunostimulante) a été relativement prouvée sur les rats en laboratoire mais les études n’ont pas prouvée scientifiquement les mêmes effets sur l’Homme. Reste à sa voir si c’est la version aménagée à l’occidentale qui a été testée ou l’ancestrale d’Asie…

Quelles sont les recommandations ?

La qualité du produit est importante, et opter pour du kombucha bio est vivement recommandé. Si tu l’achetez tout prêt, lisez bien l’étiquette et vérifiez qu’il n’y a pas de sucres ajoutés ni conservateurs.

Cette préparation peut se boire quotidiennement, mais en quantités raisonnables. Dans l’idéal, il faut en boire un à deux verres par jour (340 ml max), en une seule fois, 20 minutes avant le petit-déjeuner ou après un repas un peu trop copieux. Attention, bu avec excès il devient laxatif! Idéalement, on se rincera la bouche à l’eau ensuite.

Le test Révélée de la boisson kombucha

Version maison Valérie (voir recette) agrémentée de jus frais de fruits de la passion : un goût de cidre brut, bien pétillant, aux tonalités passion. Dégustation surprenante et rafraichissante. De quoi piquer la curiosité et susciter cet article !

Version magasin bio sans conservateur ni pasteurisation : peu de pétillance (effet de soda battu) et goût aigre doux côté LVC et pour BioC… c’est juste l’inverse extra pétillance

Pour ma part, à raison d’un verre par jour tous les 2 jours, je n’ai pas eu d’effets négatifs au contraire ! Cependant, la version faite maison est nettement plus savoureuse pour peu que l’on apprécie les boissons acidulées. Reste à la maitriser et trouver sa recette préférée (choix de variété de thé et de fruits ajoutés)… La version menthe citron semble convenir au sucré acidulé du scoby.

Essayez, vous verrez !

recette du kombucha maison

créations pour la maison

 

 

En savoir plus