En perspective du déconfinement (dont la date est encore indéterminé), le port du masque devrait devenir obligatoire pour éviter un effet de 2ème vague comme d’autres pays ont connu. Une mise au point s’impose…

  5 mn

Les différents types de masques

Il y a principalement 2 types de masques de protection :

– les masques qui retiennent les postillons et évitent de contaminer les autres si on est porteur du virus. La version chirurgicale est le jetable. La version fait maison est l’option lavable donc durable.

– les masques qui filtrent l’air respiré comme le masque de chantier ou la version la plus aboutie avec le FFP2 ou FFP3.

– l’ingéniosité de certains médecins italiens puis français pourrait permettre de rajouter un masque supplémentaire : le masque de plongée revisité type easybreath de Décathlon. Il est actuellement utilisé comme masque complémentaire des respirateurs des malades du covid19 mais aussi par certains soignants.

Seuls les masques anti postillons ou dits de protection sont destinés au public, les autres étant réservés aux hôpitaux.

Qu’est ce qui détermine la façon de fabriquer un masque de protection ?

L’hôpital de Grenoble a été le 1er à mettre en ligne un patronage de masque de protection pour inciter son personnel à en fabriquer pour lui même, faute de matériels.

Puis l’organisme de référence en termes de fabrication, l’AFNOR a mis au point un listing de caractéristiques basées sur la concertation avec 150 spécialistes et l’analyse de performance des masques en circulation.

Il y a eu ainsi contradiction entre le modèle CHU (à ronds jaunes, verts, bleus) et celui d’un seul tenant de l’AFNOR (en bleu). Or c’est ce dernier qui a la légitimité pour valider une fabrication type industrielle en France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inscrits toi pour recevoir (2/mois)

les dernières nouveautés

Les normes AFNOR et ses recommandations

Les normes sont souvent réactualisées. A la date de rédaction de cette article, les impératifs pour les masques barrières sont d’utiliser du coton (les industriels ayant la validation de fabriquer des FFP2 ont recours à des matières plus techniques), de ne pas avoir de couture centrale nez/bouche et de recouvrir le nez + le menton.

Les conseils sont de ne pas entreposer son masque dans le congélateur, au contraire le préserver le plus au sec possible. Son utilisation serait de 3 h maxi (selon l’humidification par respiration). Le lavage doit se faire à 60° minimum pendant au moins 30 mn, sans javel.

La version Révélée,

cela donne quoi ?

Ok je partage!
  •  
  •  
  • 1
  •  
Phasellus ut nec commodo quis, venenatis quis massa